Une graphiste en safari ?

De la farine de maïs, du poisson, des tomates, des feuilles vertes…
décembre 31, 2016
Dar Es Salaam, Tanzanie. Terre de contradictions. Karibu!
janvier 15, 2017

Voilà la question que je me suis souvent posée lorsque j’étais au Malawi, là où j’ai écrit le texte qui suit.

J’aurais sans doute dû intituler mon blogue Une graphiste en expédition. Malgré mon coup de cœur pour le Malawi (en particulier pour Mzuzu), pour les gens et l’organisation pour laquelle je travaille (Ungweru Organization), certains jours j’ai l’impression d’être en expédition. Je m’explique.

Réaliser un site web et donner des ateliers sur comment en réaliser un dans un pays où l’accès à l’internet est difficile et que la vitesse de connexion vous donne l’impression de faire du vélo stationnaire, y réaliser un site web, dis-je, ressemble plus à une expédition qu’à un voyage.

Pour y arriver je dois faire preuve d’une grande patience, de souplesse, et de créativité. Et quand l’internet fonctionne, voilà que survient une panne d’électricité !

Respire, respire Julie.…

Trois mois comme ça, imaginez toute une vie. Parce que c’est la réalité quotidienne des Malawiens.

Partager les aléas du quotidien des gens du pays où tu travailles, cela fait partie du safari professionnel d’un coopérant volontaire.

Par contre, vous avez le bonheur de découvrir une nouvelle culture, de rencontrer des gens merveilleux comme ma belle Anna et sa famille, comme mes nouveaux collègues et mes quatre beaux et brillants jeunes gens qui ont suivi mes ateliers.

Je ne regrette même pas un millième de seconde de m’être embarquée dans cette belle aventure. Si je suis venue ici pour partager mes connaissances, je repartirai ma valise pleine de nouveaux acquis, une meilleure connaissance de moi-même et la tête et le coeur remplis de beaux souvenirs.

Respire, respire Julie.….

Lyson toujours souriant et passionné de musique, Dominic le génie, Enett une jeune femme brillante et Dumisen le comique. Les quatre as a qui geai eu le bonheur de donner des ateliers. J’ai eu avec eux de belles conversations en attendant que l’internet veuille bien coopérer ou le retour de l’électricité.

Le Malawi fait partie du sombre palmarès des pays les moins développés. Les besoins sont grands. Les infrastructures sont quasi inexistantes, le manque d’eau potable et de nourriture est flagrant. Le réseau électrique est instable et fragile, ce qui a des répercussions sur l’économie, notamment pour les usines de fabrication de biens, ce qui n’aide pas à sortir le pays de la pauvreté.

Si vous avez quelques appréhensions à visiter un pays d’Afrique, je vous conseille d’aller d’abord au Malawi. Pas de friction ethnique ou religieuse. À part le risque de se faire voler comme dans nombre d’autres pays, même industrialisés, c’est généralement sécuritaire et particulièrement à Mzuzu. Vous pouvez faire des safaris ou aller nager dans le magnifique lac Malawi. Et surtout, vous serez chaleureusement accueilli in the warm heart of Africa.


Si vous avez envie de partager vos connaissances professionnelles et de vivre une aventure enrichissante en tant que coopérant volontaire pour le programme Uniterra visitez le site du CECI (Centre d'étude et de coopération internationale) ou de EUMC (Entraide universitaire mondiale du Canada).

© 2016 Textes et photos: Karibu! Une graphiste en safari par mulatacom.com